Adblock, Plus Qu’individuel : Un Enjeu Général

452
0
Share:

Alors que la question de l’effet néfaste des bloqueurs de publicité sur Internet est de plus insistante, une étude vient de paraître pour nous apporter quelques éclaircissement sur le sujet.

La fin de la publicité intrusive avec Adblock Plus

Adblock me, I’m intrusive

La publicité sur Internet.. toute une histoire qui voit s’affronter différents acteurs aux angles de vue divergents.

Les uns observent la publicité de l’arrière, la voyant comme indispensable à la vie de ceux qui font le web. Les autres perçoivent la publicité comme intrusive et inutile. Résultat : un mouvement général de contestation manifesté à travers les bloqueurs de publicité.

Il faut dire que les abus ont été nombreux, et que sur certains sites l’incompréhension gagne du terrain lorsque, pour maximiser ses revenus, le média se laisse à dégrader son contenant. Ce cancer publicitaire a grandi depuis des années, jusqu’à se glisser progressivement chez la plupart des médias digitaux. Aujourd’hui, soyons honnêtes, ce mal publicitaire pollue Internet et force les internautes à devenir radicaux dans leurs actions : bloquer toute la pub sans filtre particulier.

Ipsos a présenté une étude à l’Association internationale dédiée à l’optimisation et à la promotion de la publicité interactive (IAB) visant à mettre en relief les pratiques bloquantes sur le digital.

Un constat clair

Le constat est assez simple à effectuer : 55% des français connaissent les adblock, dont 30% des français qui en sont équipés.

Ce mal est encore plus important lorsque l’on se penche sur les tranches d’âges : ce sont les nouvelles générations, les plus à l’aise avec les outils digitaux, qui bloquent le plus avec 53% des 16-24 ans équipés d’un adblock contre 28% chez les 35-49 ans.

On ressent une vraie gène pour la plupart des internautes : 85% des internautes s’équipent d’adblocks à cause de la perturbation de la publicité dans leur navigation. Pourtant, de nombreux annonceurs continuent de s’enfermer dans cette logique intempestive, bien accompagnés par les médias. Ces mêmes médias criant à qui peut l’entendre que les adblocks sont nocifs pour Internet et que la publicité est nécessaire.

Tu détestes notre forme de pub, mais nous vivons de celle-ci. Alors accepte de te faire polluer !

Intéresse-moi, je ne te bloquerais pas

On en revient toujours au même point en matière d’information et de publicité : les gens veulent être intéressés !

La publicité est nécessaire, et l’opinion générale en est convaincue. Mais là où il y a du fond, il y a toujours de la forme. La forme que propose aujourd’hui le web n’est pas acceptable. Cette forme cherche à s’imposer auprès d’internautes qui n’en ont absolument pas envie. Le clash est inévitable !

Pourtant, les internautes admettent trouver la publicité mieux ciblée qu’auparavant, ils admettent désactiver leur adblock pour voir certains contenus ou soutenir certaines causes, et ils admettent pouvoir désinstaller leur adblocker si les publicités deviennent moins intrusive & moins gênantes.

Cela passe par un contenu plus travaillé, par une créativité plus développée, par un ciblage plus pointu… bref trêve de simplicité à base de matraquage robotisé. Il faut se réinventer, et arrêter de pointer du doigt l’internaute comme un tueur d’Internet.

Les insights

De ces différents chiffres et observations, qu’en ressort-il ?

Il apparaît une incompréhension entre les 2 parties Médias & Internautes. Le média perçoit la mise en place d’un adblocker comme une agression alors qu’il devrait en être tout l’inverse. En effet, mettre en place un adblocker, montre l’envie de l’internaute de suivre le site web avec davantage de fluidité et de compréhension. C’est en quelques sortes une preuve d’amour apportée par l’internaute au site, cette preuve lui signifiant tout son intérêt pour le contenu. Un contenu qui ne doit pas être altéré par des signaux publicitaires dérangeants.

Ayant compris cet état, le site ne peut que s’adapter et évoluer vers de nouveaux formats publicitaires mieux intégrés, plus intéressants et émotionnellement plus impliquants pour l’internaute. Pourquoi ne pas se tourner vers le native assumé, vers le test de produits « objectif », vers la mise en place de jeux concours, vers la mise en place de campagnes participatives, etc…

La plupart de ces modèles sont en cours de déploiement mais n’en sont encore qu’à leurs balbutiements et viendront certainement à évoluer en toute agilité pour répondre aux attentes des internautes.

Vous avez des insights, des idées vers lesquels la publicité digitale devrait se diriger ? L’émotion serait-elle un bon moyen d’éviter le blocage des internautes ?

Share:

Commenter