Pour communiquer sur le don d’organe, faut-il forcément être sérieux ?

106
0
Share:

Le don d’organe, voilà un sujet compliqué à aborder en communication. Au-delà de la gêne, savoir sur quel ton et sous quel message l’aborder se révèle un vrai casse tête pour les agences comme les annonceurs.

Aujourd’hui, j’ai souhaité parler autour de la campagne menée par l’Agence de la Biomédecine et DDB°Paris qui se révèle être très surprenante !

Être trop sérieux, qu’est-ce que c’est chiant !

Pour parler de sujets importants, souvent considérés comme assez touchy, il est dans les moeurs de prendre un regard grave et un ton qui doit faire pleurer dans les chaumières. Ce travail, qui reste remarquable par la plupart des agences, peut parfois prendre une saveur rance tant il est adapté et sur-adapté pour tous les cas de figure dramatiques. On se retrouve donc avec une communication assez linéaire et sensiblement similaire pour des discours et des messages pourtant très différents.

Certains tirent alors parfois leur épingle du jeu, comme Buzzman et l’Association 30 Millions d’Amis qui nous avaient subjugués avec leur interprétation de l’émotion juste ! Mais ça reste globalement des cas assez éparpillés et rares, car retranscrire cette émotion sous-entend souvent de gros moyens de production et une belle patte créative. Ce que tous les acteurs n’ont pas forcément !

Alors que peut-on faire finalement ?

Parce que franchement être trop sérieux, en première approche, sur ces sujets, qu’est-ce que c’est chiant !

Déjà Vu 2, le film pour promouvoir le don d'organes

L’Agence de la Biomédecine et DDB°Paris font leur cinéma, qu’est-ce que c’est frais !

Ce n’est pas la première fois que l’on retrouve l’Agence de la Biomédecine et DDB°Paris dans le registre d’une communication teintée d’humour voire complètement burlesque !

Nous avions commencé à découvrir « L’Homme qui meurt le plus dans les films » l’an dernier, avec cet axe très cinéma.

Cette année, c’est exactement la même chose, avec une bande d’annonce de film qui nous rappelle les comédies dramatiques américaines de seconde zone. Tout fleure bon le film pas terrible, et on se lance à la découverte de ce qui semble être une réalisation semi-amateur pas franchement emballante. C’est ainsi que j’ai découvert cette bande d’annonce, alors que je voyais des messages sur Facebook depuis 2-3 jours titiller ma curiosité. Une fois lancé, la première minute est tout ce qu’il y a de plus classique, bien qu’un peu longue pour une bande d’annonce. On comprend assez vite que nous sommes dans un très court-métrage et que l’effet bande d’annonce n’était qu’un appât. Le délire burlesque commence ensuite et nous offre une parodie grossière des films d’horreurs sans saveur que l’on a « déjà vu » cinquante fois.

Tout cela pour arriver sur le générique de fin nous expliquant la démarche et le fond du message : « Dons d’organes, Tous concernés » !

Ce que je trouve le plus puissant dans ce spot, c’est cette voix glaçante et posée, qui continue durant l’ensemble du film, du début au générique de fin. Très détachée, elle est dérangeante et installe une certaine gêne face à l’image. On se sent à la fois en connexion avec la protagoniste principale et flottant au milieu de la scène sans pouvoir faire grand chose. Ce sentiment perturbant est volontairement installé par l’ambiance, les effets et l’écriture du scénario.

Prendre ainsi l’identité d’un film, et tromper volontairement le public pour parvenir à transmettre son message final, il faut oser ! Le public peut parfois se sentir pris pour un idiot, ou bien embarqué dans une histoire à laquelle il ne voulait pas prendre part. Les personnes à qui ce spot déplait existent donc, que ce soit dans l’interprétation ou dans le façon dont le message est délivré.

Mais soyons objectif, qu’est-ce que ça fait du bien de voir un prise de parole un peu différente sur un sujet aussi… compliqué et triste. La sensibilisation des jeunes était l’objectif, et on peut dire que c’est parfaitement réussi (à en juger par les interactions sur la page Facebook, notamment).

Le travail est impeccable, le message est fort, et surtout… la façon dont il est amené est parfaite. Associant des partis pris caricaturaux et grotesques, le film marque, fait sourire et surprend sans jamais choquer. C’est là toute la force de ce travail remarquable et cohérent avec ce qui avait été réalisé l’année dernière.

Alors c’est clair que ce n’est pas la production de l’année et que ce n’est ni le film publicitaire de l’année, mais qu’est-ce que c’est pertinent et parfaitement positionné par rapport à la cible visé. Félicitations à l’Agence de la Biomédecine et DDB°Paris pour ce super travail, et rendez-vous sur le site associé à l’opération Don d’Organes, qui est l’excellent atterrissage de cette campagne.

Parce que franchement être dans cette interprétation publicitaire, en première approche, sur ce sujet, qu’est-ce que c’est frais !

Déjà Vu 2, le film pour promouvoir le don d'organes

Share:

Commenter